Accès Bénévolat : redevable à Alain Blaquière…

J’aime aller vers les gens : communiquer, donner, rendre service, nous dit Alain Blaquière, un bénévole d’expérience et dévoué chez Accès Bénévolat, et un membre fondateur de la Coopérative d’habitation Rose-Main, rue Sherbrooke à Montréal.

Pour Alain Blaquière, les actions communiquer, donner, rendre service représentent des vases communicants ; elles font partie d’un ensemble intégré de gestes qu’il concrétise par l’action bénévole à Accès Bénévolat et dans la Coopérative :  « J’ai choisi la coopérative parce que, pour moi, la vie c’est l’implication, la solidarité, l’entraide, le partage, nous dit-il », autant de valeurs qui s’intègrent dans un tout pour une action bénévole empreinte d’altruisme.

Habile et patient avec les enfants, il a su établir un lien de confiance avec ceux-ci ; il se rappelle encore les témoignages de reconnaissances des enfants suite à ses premières expériences de bénévolat en animation dans les quartiers de Montréal et pour Leucan (https://www.leucan.qc.ca/fr/) à la période des Fêtes. (Leucan est un organisme de bienfaisance dédié au soutien des enfants atteint de cancer ainsi qu’à leur famille.)

01_A_Blaquiere
Les jeux de kermesse du projet Dans la joie

Parlant d’un toutou ou d’un animal en peluche reçu en cadeau, un enfant s’exclame : « Ça fait longtemps que j’en voulais un! » Un témoignage de reconnaissance parmi tant d’autres dont il se rappelle encore même après plusieurs années.

Généreux de son temps    

Son intérêt à aller vers les gens et à donner de son temps remonte au début des années quatre-vingt-dix. À cette époque, il fut animateur de jeux (mini-put, jeux de poches et autres) pour les enfants de sept ou huit ans dans Ville d’Anjou, Montréal-Nord et Saint-Léonard.

Dans des milieux familiaux parfois difficiles : pauvreté, manque de loisirs pour les enfants et les adolescents, difficultés d’intégration des immigrants, les services de loisirs pour les jeunes sont essentiels pour appuyer ou soutenir les familles.

Les arrondissements de Montréal-Nord et de Saint-Léonard figurent parmi les plus pauvres et les plus défavorisés de l’agglomération de Montréal ; en conséquence, les services d’aide et de soutien aux jeunes familles y sont d’autant plus appréciés.

La Coopérative d’habitation : une autre façon de rendre service

Ayant grandi dans le Plateau Mont-Royal de Michel Tremblay – un quartier ouvrier modeste dans les années soixante – Alain Blaquière est resté sensible aux besoins de services des populations plus démunis (logement, animation, alimentation) ; les racines de son enfance passé sur la rue Garnier et les ruelles avoisinantes ne l’ont jamais quitté.

Bicyclette_R_T_1_F
Au coin des rues Garnier et St-Joseph en 1968

Un enracinement, une sensibilité et un altruisme qui l’ont amené à œuvrer dans les comités de logement de la Petite Patrie et de Rosemont, et pour la Coopérative d’habitation Rose-Main, à Montréal.

(Les comités de logements sont des organismes à but non lucratif qui défendent les droits des citoyens et qui, souvent, travaillent au développement du logement social.)

En février de cette année, les logements de la Coopérative seront livrés. Depuis 2014, il y a consacré beaucoup de temps : information à transmettre aux membres, rédaction de comptes-rendus de réunions de chantier ou de construction avec les sous-traitants, les ingénieurs et les architectes.

Animé, altruisme et généreux de son temps, il m’a souligné à grand trait les valeurs de l’action coopérative – ses valeurs : responsabilité, engagement, disponibilité, respect, coopération, entraide ; autant de concepts qui trouvent leur réalisation dans son implication pour la coopérative Rose-Main et chez Accès Bénévolat.

Accès Bénévolat : une nouvelle étape de vie

À la fin de l’année 2014, une sévère maladie provoque chez Alain Blaquière une prise de conscience et un virage à 180 degrés dans sa vie. Bénéficiant des services de La puce communautaire, un organisme d’intégration en emploi, il s’initie aux nouvelles technologies informatiques et à la suite Microsoft Office; il complète sa formation par un stage en emploi dans les bureaux d’Accès Bénévolat.

De ses métiers antérieurs de peintre en bâtiment et de plâtrier à des tâches administratives, il y a une grande différence ; pourtant il ne craint pas le travail pour se familiariser avec les nouvelles technologies et il devient efficace dans son travail de mise à jour des dossiers et d’intégrateur de site web.

Claudia Munoz, conseillère à l’orientation des bénévoles, a accompagné Alain Blaquière dans sa formation, et son évaluation fut plus que positive.

« C’était la première fois que je faisais de l’informatique sans supervision, et j’appelais souvent Claudia ! J’étais nerveux mais, de fil en aiguille, j’ai bien appris avec elle, ça m’a donné confiance, et j’ai vraiment aimé mon expérience. » D’ailleurs, depuis la fin de son stage, Alain Blaquière continue à œuvrer bénévolement pour Accès Bénévolat ; il traite des centaines de dossiers par année pour autant d’organismes communautaires.

02_A_Blaquiere2
Dans les bureaux d’Accès Bénévolat

Sans le prévoir à l’origine, Alain Blaquière s’est rendu indispensable :  l’homme que tout le monde s’arrache, titrait l’article de la rédactrice bénévole Aude Simonnot-Lanciaux publié sur ce même blogue en janvier 2018.

Âgé de cinquante-huit ans et porteur de quelques cheveux gris, aujourd’hui, la maladie se trouve loin derrière lui. Orienté vers les autres, fiable et généreux de son temps, l’homme que tout le monde s’arrache éprouve un sentiment d’appartenance à Accès Bénévolat : « une deuxième famille », selon ses mots. Il se dit redevable à Accès Bénévolat de ce qu’il y a reçu en y travaillant : l’équilibre, des amis, une valorisation, une deuxième famille, la reconnaissance de ses services : « Accès Bénévolat : la source de tout mon bonheur ».

Toutefois, nous pouvons aussi dire qu’Accès Bénévolat et les organismes communautaires bénéficiaires de ses services lui sont aussi redevables de ce qu’il leurs a donné par son engagement constant.

Aujourd’hui, Accès Bénévolat : redevable à Alain Blaquière…

par François Dussault

Laisser un commentaire