COVID-19, le CRAC de la Petite-Patrie s’adapte

2 femmes préparent les paniers avant distribution
Préparation des paniers avant distribution

Dans le cadre de notre série «Covid-19, les organismes s’adaptent» nous nous sommes entretenus avec Charline Robert-Lamy, du Centre de ressources et d’action communautaire de la Petite-Patrie (CRACPP).

Le CRACPP « est un organisme qui lutte contre la pauvreté » dans le quartier de la Petite-Patrie, ses activités s’orientent vers la « sécurité alimentaire et de [la] lutte au gaspillage », selon le site internet de l’organisme.

Notre première question a été de savoir comment s’est passée l’annonce du confinement, le 13 mars dernier.

« On s’est dit qu’on ne pouvait pas accueillir du public et des bénévoles à l’intérieur tout en gardant les distances de sécurité. Le lundi 16, on a essayé le service à l’extérieur, qui s’est avéré difficile à cause du froid, entre autres. Le mardi 17 mars, on s’est retourné sur un dix cents et on a décidé de changer nos services pour faire des livraisons d’aide alimentaire à domicile». 

1 cycliste prend son départ avec la remorque remplie de paniers.
C’est parti pour la livraison

Les besoins et les pratiques changent 

Pour ce changement complet de logistique, le CRACPP a pu compter sur l’engagement de bénévoles : « L’appel au bénévolat a fonctionné hors de toute attente. Habituellement ça varie, c’est un peu plus fort l’été pour la «Récolte engagée» ou à Noël, mais là on a été rapidement contactées par 250 personnes qui voulaient nous aider. Ça a rendu possible l’adaptation vraiment rapide de nos services.»

Il n’y a pas que les organismes qui ont été bousculés par la COVID-19, et les besoins en ressources alimentaires ont largement augmenté, poussant le CRACPP à s’adapter. L’organisme a décidé de servir également les non-membres, et d’envoyer des paniers d’aide alimentaire parfois au-delà du secteur habituel de Petite-Patrie. En quelques semaines, la demande pour des paniers de nourriture a pratiquement doublé.

Des balcons engagés et des cyclistes solidaires

L’équipe s’est donc posé la question : « comment récolter plus de nourriture de façon sécuritaire? ». La demande étant plus forte, il fallait compléter les dons habituels de Moisson Montréal et les invendus des boucheries et des épiceries du quartier.

C’est pour cela que le CRACPP a lancé depuis début mai «Les Balcons engagés» : l’organisme dresse une liste de ses besoins, les gens s’inscrivent en ligne pour y répondre et les cyclistes solidaires vont récupérer les denrées sur leur balcon le jeudi après-midi. La nourriture récoltée est mise en quarantaine tout le long de la fin de semaine. 

1 cycliste solidaire pédale sur une piste cyclable
Ça pédale fort chez les cyclistes solidaires

Un nouveau type de bénévoles

En temps normal, les bénévoles du CRAC Petite-Patrie sont surtout des membres, et plusieurs avaient 60 ans et plus. Depuis le début de la pandémie, le profil des bénévoles a changé: « ce sont surtout des habitantEs du quartier qui ont à cœur d’aider ».

Les bénévoles préparent les paniers
Les bénévoles préparent les paniers

Et aujourd’hui ?

Pour Charline Robert-Lamy, les journées sont plus intenses, mais petit à petit s’est installée « une étrange normalité ». La crise est devenue le quotidien, alors on fait avec. Quant à l’après-pandémie, le CRACPP gardera forcément des traces de la crise, pas forcément négatives : « il y a des changements positifs qu’on aimerait garder ». Entre autres, l’organisme souhaite continuer à offrir des livraisons à domicile au-delà de la crise, pour desservir notamment les gens à mobilité réduite ou âgés.

Pour s’impliquer : écrivez à Charline au servicesauxmembres@cracpp.org

Source : Charline Robert-Lamy

Crédits : Centre de ressources et d’action communautaire de la Petite-Patrie

1 commentaire

Laisser un commentaire