Une vie de bénévole – Chapitre 2: Les années Cégep

Vous vous souvenez ? Mégane et Mathis ados et bénévoles. Rencontrez-les aujourd’hui, au Cégep et encore dans le bénévolat.

Mathis est sur tous les fronts. 

Les études de sport au Cégep, le bénévolat, les compétitions de soccer, le skate, en plus de sa nouvelle passion pour la sculpture. Ses chums se demandent où il trouve l’énergie et le temps pour accomplir tout ça.

Il fait preuve d’une maturité rare pour son âge et dégage une certaine confiance. 

C’est un peu le cliché de l’ado que tous les camarades envient dans les séries américaines : capitaine d’une équipe de sport, belle gueule, populaire, confiant, et avec du succès auprès de la gent féminine. 

Alors que Snapchat et les jeux vidéos sont la première obsession de ses camarades, Mathis s’épanouit en prenant des initiatives qui ont de l’impact autour de lui.

La compétition le galvanise. Gagner des matchs l’obsède. C’est avec enthousiasme et fierté qu’il endosse le brassard de capitaine de l’équipe de soccer pour sa dernière année au Cégep. 

Un étudiant engagé pour l’environnement

Mathis est engagé depuis l’année dernière dans l’association « le virage vert », un club d’étudiants du Cégep engagés pour l’environnement. Une cause qui le sensibilise de plus en plus. 

Au point qu’il a l’idée de créer un petit jardin communautaire sur les toits du Cégep. 

Grâce à son initiative, l’association a obtenu les accords et le soutien nécessaires pour créer un petit jardin basé sur le système de la permaculture.

Ce jardin est accessible aux étudiants de l’établissement qui souhaitent devenir membres. Au printemps de cette année, le jardin compte déjà plusieurs petites serres de fruits et légumes. 

La muraille de Montréal

Un beau jour ensoleillé, Mathis est sur le terrain de soccer. C’est la fin de l’entrainement. Il voit les filles de l’équipe féminine s’échauffer sur terrain d’à côté. Il remarque une fille :  Mégane.

Mégane a pris du galbe et quelques pouces. Elle est gardienne titulaire de l’équipe de soccer féminine du Cégep, où elle étudie les techniques de loisir.  

Devant sa ligne de but, elle arrête presque toutes les frappes. Ses coéquipières lui ont même trouvé un surnom : « la muraille de Montréal ».

Grâce à ses performances remarquables cette année, Mégane a gagné confiance en elle. Elle est toujours aussi discrète, mais elle sait donner de la voix sur le terrain pour remotiver ses coéquipières quand son équipe se fait bousculer. 

Mégane et Mathis se croisent presque tous les jours dans les couloirs de l’école. Ils sont restés bons amis depuis leur expérience de bénévole avec les enfants. Ils se retrouvent de temps en temps pour parler soccer à la cantine avec leurs amis.

Mathis lui a fait part du projet au virage vert. Un projet qui a tout de suite séduit Mégane.

L’environnement, c’est justement un truc qui l’intéresse. Elle se souvient d’avoir hésité à aller dans cette filière au secondaire pour faire ses heures de bénévolat. 

Elle y voit l’occasion de faire partie d’une équipe géniale, réunie autour d’un projet génial. Et puis, quoi de mieux que l’engagement communautaire pour faire de nouvelles rencontres.

L’idée de refaire du bénévolat lui trottait déjà dans la tête depuis un moment. 

Une année scolaire sous le signe du bénévolat

L’année académique et toutes ses péripéties suivent son cours. Des finales de soccer perdues, de nouvelles amitiés, des histoires de cœur, le stress des examens…

Côté bénévolat, nos deux étudiants s’épanouissent au virage vert. Le projet a pris de l’ampleur. L’équipe s’est agrandie.

Mégane vient jardiner 2 fois par semaine, entre la fin des cours et l’entrainement. L’ambiance est joyeuse et conviviale. L’entraide et la solidarité règnent entre les étudiants apprentis jardiniers. 

L’objectif du mouvement ? Favoriser l’agriculture bio en milieu urbain pour préserver l’environnement. 

Déjà la fin des études pour Mégane et Mathis 

La fin de l’année scolaire approche. 

Mégane est partagée entre la nostalgie et l’excitation des vacances d’été. Elle a décroché un job dans un camp de vacances pour encadrer des jeunes. 

Elle sait qu’elle va adorer ça. Elle qui est dingue de nature et de canoé.

Et pour la suite ? Elle n’en sait rien.

Mégane rêve secrètement d’explorer le monde et de partir pour des voyages infinis. Même si l’idée lui fait peur.

Les techniques de loisirs, elle aime ça. Mais elle n’est pas sure de vouloir s’embarquer dans cette voie. 

Elle se verrait bien œuvrer dans une ONG pour protéger l’environnement ou sauver les pandas en voie d’extinction. 

Bref, c’est un peu flou dans sa tête. 

En tout cas, elle espère garder contact avec Mathis. Elle l’apprécie beaucoup. 

Mathis continue d’enchainer les matchs pour le fun, sans trop se préoccuper de la suite. 

Une future carrière d’éducateur physique lui semble toute tracée. Il dit qu’il se verrait bien monter sa propre association sportive un jour. 

Crédit : Planet fox

Lire aussi :

Chapitre 1 : L’adolescence

Chapitre 3 : La vie de famille

Chapitre 4 : La retraite

3 commentaires

Laisser un commentaire