Une vie de bénévole – Chapitre 3: La vie de famille

Soccer. Bénévolat. Rencontres.
Vous vous souvenez ? C’étaient les aventures de 2 jeunes étudiants sportifs et engagés : Mégane et Mathis. Les revoici en quelques années plus tard.

Jeunes parents

Mathis regarde Megane avec tendresse.  Ils sont ensemble depuis trois ans et elle vient d’accoucher de deux beaux jumeaux en bonne santé :  Mélodie et  Michaël. Pour Mégane et lui-même, il était très important que les prénoms de leurs enfants commencent aussi par « M ». Ne veulent-ils pas que, dans leur famille, on « aime » beaucoup? C’est là une valeur du cœur qu’ils cherchent à  promouvoir de toutes les façons possibles. 

Impacts sur le bénévolat

L’arrivée de ces petiots  bouscule cependant leurs habitudes. Moins de temps pour tout! Priorité absolue : les bébés! Donc, le bénévolat est mis temporairement sur pause. Mais, bien vite, ce besoin de s’impliquer reprend place dans leur vie. Mathis, avec l’accord de Mégane qui comprend fort bien combien cela le rend heureux, retourne bientôt à ses activités écologiques.

Mégane, elle, ne sait trop que faire. Allaiter deux enfants en même temps est vraiment prenant! D’autant qu’il lui faut apprendre à le faire efficacement, ce qui n’est pas évident pour une nouvelle maman.

Une copine lui parle d’un groupe d’entraide maternel établi dans son quartier. Elle le contacte, autant pour être conseillée que pour se sentir reliée. L’accueil qu’elle y reçoit l’enchante!  Pour la première fois de sa vie, elle bénéficie elle-même d’une assistance qu’elle était habituée de dispenser dans son bénévolat! Wow!

Elle comprend alors la gratitude des « aidés » envers les services qu’ils reçoivent. Cela renforce sa conviction qu’il lui faut continuer à s’impliquer. 

Reprise plus active

Deux ans ont passé, ses tendres petits monstres ont vieilli. Mégane, qui n’a pas cessé de fréquenter le groupe d’entraide, y apportant ponctuellement son soutien, décide de s’impliquer davantage même si elle a repris le travail à temps partiel.

Une place sur le conseil d’administration vient de s’ouvrir. Les réunions n’y sont pas trop fréquentes et les questions qui y sont débattues sont primordiales à la survie de l’organisme. Elle agira à titre de secrétaire. Cela la sort de ses habitudes, mais elle se découvre d’autres capacités et apprend que les « taches  de l’ombre » sont aussi primordiales et valorisantes que celles d’animation ou d’encadrement.

Le bénévolat est multiple dans sa palette de possibilités. À chacun d’y trouver sa place et d’apporter la contribution qu’il peut, selon son expérience, sa formation, ses intérêts et le temps dont il dispose. L’important, n’est-ce pas de participer à une société plus humaine?

Parallèlement, elle pose sa candidature comme marraine d’allaitement. Elle est contente! Partager son expérience, pouvoir apporter la preuve par ses jumeaux vigoureux que l’allaitement est non seulement possible, mais profitable à la santé des enfants, soutenir, même à distance, une jeune maman qui se lance dans cette aventure! Oui, oui, oui, ce rôle l’emballe.

En plus, cela lui permet de créer des liens avec d’autres jeunes mamans et de renforcer son réseau d’amitiés. La vie est belle!

Implication des enfants au bénévolat

Cinq années supplémentaires ont passé. Les jumeaux, très sportifs comme leurs parents, sont très excités : ils ont été officiellement acceptés dans une équipe de soccer du quartier! 

Papa Mathis les a bien entrainés jusque là, mais il s’implique maintenant à l’Association des sports pour aveugles. Son meilleur ami a perdu la vue à la suite d’un accident de voiture. Aussi Mathis a-t-il décidé de lui consacrer du temps pour qu’il puisse demeurer actif malgré sa différence.

Mégane et les jumeaux sont souvent mis à contribution pour participer aux activités qu’il organise. Pour eux, c’est une nouvelle réalité à explorer, une belle façon surtout de réaliser que tous les humains sont uniques et que leur singularité fait la richesse de notre monde. 

Quand on veut aimer davantage, et cette valeur importe beaucoup, rappelons-le, à Mégane et Mathis, élargir ainsi ses horizons, repousser les barrières de l’ignorance et de la peur est primordial. C’est pourquoi ils ont délibérément décidé d’associer Mélodie et Michaël à leurs actions : à l’instar d’Obélix qui est tombé dans la potion magique quand il était petit,  les faire baigner dans cette atmosphère de partage et de générosité très jeunes laissera chez eux des traces indélébiles et leur fera découvrir les bienfaits de l’inclusion sur le bien vivre ensemble.

Ils apprendront, par osmose, qu’aider son prochain est un élan naturel aussi bénéfique pour celui qui donne que pour celui qui reçoit et qu’il suffit souvent de petits gestes, sans prétention, loin des feux de la rampe, pour répandre le bonheur autour de soi. En plus, c’est contagieux,  ça développe la confiance en soi et c’est à la portée de tous. 

Oui, c’est bien là l’héritage qu’ils veulent laisser à leurs enfants.  La planète en a bien besoin!

Crédit : Image par myphotojourneys de Pixabay

Lire aussi :

Chapitre 1 : L’adolescence

Chapitre 2 : Les années Cégep

Chapitre 4 : La retraite

3 commentaires

Laisser un commentaire