Une vie de bénévole – Chapitre 4: La retraite

Travail. Enfants. Valeurs et bénévolat.
Vous vous souvenez ? Mégane et Mathis avec leurs jumeaux. Les voici désormais à la retraite … mais toujours bénévoles !

Retraite

Ça fait un an que Mégane et  Mathis ont pris leur retraite. Repos bien mérité après une vie professionnelle occupée ! Depuis, ils ont profité tout leur soûl des petits déjeuners qui s’étirent, leur permettant de lire les journaux quotidiens de la première à la dernière page. Ils ont occupé leurs journées à mille-et-une activités : du sport, de la lecture, du jardinage, du cinéma. Des retraités actifs, quoi ! 

Les enfants ont grandi, quitté le nid familial et volent maintenant de leurs propres ailes. Quatre adorables petits-enfants se sont ajoutés. Mégane et Mathis n’en sont pas peu fiers. Ils les voient de temps à autre, c’est-à-dire pas assez à leur gout : le mode de vie des jeunes parents d’aujourd’hui est si effréné! 

Et voilà qu’un vide commence à s’installer. Qu’un besoin de se sentir encore utile et actif dans la société demande à être comblé… 

Embarras du choix !

Un matin, autour d’une ixième tasse de café, Mégane et Mathis dressent un constat: ils sont en pleine forme, encore pleins d’énergie, et ils ont du temps. Pas encore venu le temps pour eux de se reposer! La société a besoin de bras et de cœurs pour devenir meilleure, plus solidaire, plus inclusive, plus égalitaire. 

  • « Que pourrait-on faire ? « demande Mathis
  • « Ce n’est pas les causes qui manquent, il me semble. Au contraire, nous n’aurons que l’embarras du choix ! » réplique Mégane.

Mégane hésite entre offrir son soutien à la popote roulante du quartier ou pour l’aide aux devoirs d’enfants du primaire. Elle aimerait aussi  s’impliquer auprès de l’équipe de soccer des jumeaux  Mélodie et Michael, aînés de ses petits-enfants. Férue d’informatique, elle pourrait, pourquoi pas ? Produire une courte vidéo promotionnelle avec quelques conseils sur les techniques de jeu.  Une belle occasion de promouvoir le sport chez les jeunes et de renouer avec ses anciennes amours. À 18 ans, n’était-elle pas gardienne de but dans son irréductible équipe de filles, justement nommée Les forteresses ?

Mathis réfléchit aussi au type de bénévolat qui s’offre à lui.  Encore très sportif, il pourrait encadrer l’équipe de soccer de ses petits-enfants. Il aimerait aussi animer des sessions de yoga dans une résidence pour ainés, administrer le club de marche de son quartier ou encore enseigner le travail du bois au centre de loisirs.  

Ouf ! ce n’est donc pas les idées qui manquent pour ce couple aux mille talents et intérêts ! Mais auront-ils le temps pour faire tout ça ?

Choisir un bénévolat qui nous convient

Pas besoin de faire tout ça ! Après quelques discussions qui s’étirent cette fois autour d’un frais petit rosé bienvenu en ce torride début d’été, les choix se précisent. Mégane travaillera à la promotion de l’équipe de soccer et offrira une aide ponctuelle à la popote roulante. Mathis, lui, optera pour le yoga et le club de marche.  Après, ils verront.

On n’est pas obligé de se dédier à une même cause pour toute la vie ! Il est important d’écouter son cœur, de faire quelque chose qu’on aime, de suivre le cours de ses intérêts. Car c’est à cette condition seulement qu’on offre le meilleur de soi-même. 

«Le bénévolat, c’est du sérieux, ce n’est pas du n’importe quoi !se dit le couple. Des gens comptent sur nous et nous avons une certaine responsabilité … »

Transmettre la flamme du bénévolat 

Quelques années ont passé. Qui se sont aussi accumulées dans le décompte de la vie de Mégane et Mathis. Fatigués, ils ont décidé d’arrêter leurs activités de bénévolat. Mais celles-ci leur auront apporté beaucoup.  Des rencontres avec des personnes bienveillantes dont plusieurs sont devenues des amis. La reconnaissance de ceux qu’ils ont aidés. La satisfaction d’avoir continué à jouer un rôle actif dans la société. Et même des souvenirs drôles qui les font rire encore. Comme ce jour où Mégane s’est trompé d’adresse en livrant un repas de la popote roulante. Ce n’est que plus tard qu’elle a compris pourquoi la personne qui lui avait ouvert la porte s’était montrée aussi charmante quand on lui avait livré à son domicile un repas gratuit… qu’elle n’avait jamais commandé !

Le grand souhait de ce vieux couple encore jeune dans l’âme? Que leur bénévolat social ait semé des graines d’engagement social chez leurs enfants et petits-enfants. Comme ce fut le cas pour leurs propres parents qu’ils avaient toujours vu s’impliquer auprès des familles démunies de leur quartier. Quand ils en avaient le temps, selon leurs disponibilités.

Leurs proches, petits et grands, prendront-ils la relève? Auront-ils eux aussi le désir de faire leur part pour rendre la société meilleure ? De poser ces gestes, petits et grands, qui font toute la différence ? Seul l’avenir le dira…

*****

Crédit : Image par ErikaWittlieb de Pixabay

Lire aussi :

Chapitre 1 : L’adolescence

Chapitre 2 : Les années Cégep

Chapitre 3 : La vie de famille

Laisser un commentaire