Hommes en Action: « sortir, dialoguer, rire » entre hommes!

Un groupe communautaire réservé aux hommes ? En 2018, certain(e)s se demanderont si cela est bien nécessaire. Eh bien, oui ! J’ai eu le plaisir cette semaine de rencontrer Ann Mitchell, coordonnatrice du projet Hommes en action, ainsi que quelques-uns des membres du groupe au Centre du Plateau, où se tiennent leurs rencontres hebdomadaires. À l’issue de cet entretien, il m’est apparu que Hommes en action comble un réel besoin.

Lutter contre l’isolement

La fête des pères approche à grands pas. Alors que nous prenons le temps de célébrer le rôle des hommes dans nos vies, rappelons-nous ceux qui vivent dans l’isolement. Souvent retraités, ces hommes – pères, grands-pères, oncles, amis – portent le fardeau d’une solitude chargée de conséquences.

Un soutien pour les retraités

HenA_Billard
Crédit photo Denis Labine (Ville de Montréal)

Tous les hommes sont bienvenus à Hommes en action, mais le groupe cherche tout spécialement à joindre les retraités, qui sont parmi les plus à risque de souffrir de l’isolement. Qui n’a pas vu ces publicités qui évoquent parties de golf et tours de voilier comme autant d’activités pour combler le nouveau retraité ? La réalité est souvent bien loin de cet idylle.

On l’oublie parfois, mais le travail n’est pas qu’un gagne-pain : il permet d’échanger, de socialiser, de développer un sentiment d’appartenance et de valorisation. La retraite implique donc, en plus d’une baisse des revenus, une cassure du réseau social pourtant si nécessaire au bien-être de chacun.

En l’absence de réseau, la santé, tant physique que mentale, décline de façon marquée. Les personnes isolées sont entre autres plus sujettes à la dépression. Lutter contre l’isolement est donc un élément clé de toute démarche en santé publique visant à améliorer le sort de nos aînés.

Se retrouver entre hommes

Bien qu’il existe de nombreux groupes pour faciliter les échanges entre personnes âgées, ce que l’on constate année après année, c’est que les messieurs n’y participent pas. La proportion d’hommes dans ces groupes varie de 0 à 30% – au mieux ! – souligne Ann Mitchell. Cette faible représentation s’explique par le fait que la plupart des activités proposées aux retraités n’interpellent tout simplement pas les hommes. Ceux-ci ne sont pas intéressés par les activités dirigées ou conduites dans un cadre inflexible.

« Les hommes veulent se réunir de façon informelle et faire des activités à leur propre rythme. Ils ne veulent pas d’organisation » ajoute Mme Mitchell. Et c’est là que réside la force de Hommes en action.

Hommes en action s’est inspiré du modèle des Men’s Sheds, qui a fait ses preuves en Australie pour pousser les hommes à sortir de chez eux. En effet, ceux-ci sont nettement moins enclins que les femmes à se rencontrer face à face pour jaser devant un café. Là où ils sont à l’aise, c’est en pratiquant une activité shoulder to shoulder ou épaule à épaule. Chez Hommes en action, ce sont les membres qui décident des activités auxquelles ils veulent participer. Le groupe a même tenu une assemblée générale en mai dernier afin que tous puissent mettre de l’avant leur vision pour l‘avenir du projet.

Appel à tous : le groupe aimerait accueillir dans ses rangs des joueurs d’échec. Si vous êtes amateur du jeu de stratégie ou connaissez quelqu’un qui l’est, venez faire un tour !

Des bienfaits concrets

Pierre, qui a connu le groupe grâce à son journal de quartier, a décidé de se joindre Hommes en action car il souhaitait pratiquer des sports avec d’autres hommes. Il profite également des autres activités offertes par le Centre du Plateau, dont des parcours piétonniers lui permettant de partager son intérêt pour l’architecture et l’art public.

Marc quant à lui a joint le groupe l’an dernier. Amateur de billard, l’opportunité de pouvoir y jouer régulièrement, de même qu’à la pétanque et au badminton, a piqué son intérêt. Son objectif : « pratiquer des sports tout en rencontrant des gens sympathiques ». Pour garder la forme à un certain âge, « il faut sortir, dialoguer, rire » dit-il.

André, qui dernièrement a subi une opération, recevra la visite des membres pendant sa convalescence. Voilà qui, souhaitons-le, pourra accélérer son rétablissement.

L’appartenance au groupe entraîne ses membres à participer à des activités auxquelles ils n’auraient pas participé autrement : c’est ça, la force d’un réseau !

De beaux projets pour le futur

Construction de bacs pour l’agriculture urbaine, ateliers de réparation de vélos, de cuisine, de photographie, d’impression 3D… La feuille de route des Hommes en action est déjà impressionnante. Et les idées ne manquent pas !

HenA_Bac-jardinage
Crédit photo Centre du Plateau

En septembre, Hommes en action, de concert avec l’entreprise d’insertion sociale Resto Plateau, tiendra un atelier de mise en conserve de tomates. Un bel exemple de partenariat qui fera briller nos produits locaux en plus de promouvoir la discussion. Cet atelier sera suivi d’un repas communautaire préparé par les hommes et auquel tous seront bienvenus !

À long terme, Hommes en action aimerait mener à bien un projet en construction de micro-maisons et planifier des conférences par des hommes inspirants.

Le groupe, qui compte actuellement 24 membres, vise à en recruter davantage pour atteindre 40 ou 50 prochainement. Passez le mot !

Hommes en action se réunit les lundis après-midi et les jeudis matin au Centre du Plateau, situé au 2275 boul. St-Joseph Est à Montréal.

Pour plus d’informations : hommesenaction (@) gmail.com

par Liliane Nicolas

Laisser un commentaire