Le 8 mars : les droits des femmes à l’honneur

Bouquets de fleurs et chocolats. Trois semaines après la Saint-Valentin, c’est bien souvent ce qui ressort du 8 mars, que l’on dénomme également la Journée internationale des femmes.

Selon Statistiques Canada, les femmes seraient plus nombreuses que les hommes à faire du bénévolat. La tendance s’observe chez Accès Bénévolat, où elles représentent pas moins de 61% des bénévoles reçus en orientation.

femmes AB

Or, le 8 mars n’est pas simplement un moment pour célébrer la contribution immense des femmes à la société. Il s’agit également d’une journée pour souligner les droits fondamentaux des femmes.

La Journée internationale de la femme est célébrée le 8 mars de chaque année par des groupes de femmes dans le monde entier. Elle est également célébrée à l’ONU et, dans de nombreux pays, c’est un jour de fête nationale. Lorsque les femmes de tous les continents, souvent divisées par les frontières nationales et par des différences ethniques, linguistiques, culturelles, économiques et politiques, se réunissent pour célébrer leur Journée, elles peuvent voir, si elles jettent un regard en arrière, qu’il s’agit d’une tradition représentant au moins 90 ans de lutte pour l’égalité, la justice, la paix et le développement. Cliquez ici pour retrouver la page de journée-mondiale.com.

women

Pour l’édition 2019, la thématique québécoise est la suivante : le respect, ça se manifeste ! Sur son site internet, la Fédération des femmes du Québec explique ce choix.

Après des années d’austérité qui ont affecté grandement les femmes, 2018 a été une année déterminante pour le mouvement féministe partout dans le monde, comme au Québec, notamment en raison de l’ampleur et de l’impact de la vague #MoiAussi. L’année 2019 sera certainement marquée par l’arrivée au pouvoir d’un parti n’ayant, jusqu’ici, jamais gouverné.

Face à la montée des populismes de droite, du conservatisme, des intolérances raciales et religieuses et des inégalités, nous nous unissons pour exiger RESPECT.

  • Parce que nous sommes plus nombreuses à subir la violence, à vivre dans la pauvreté, à travailler au salaire minimum, à être monoparentale, à gagner un salaire moindre malgré des compétences équivalentes;
  • Parce que nous sommes plus nombreuses à assumer les tâches ménagères, à prendre soin d’un enfant ou d’un parent malade ;
  • Parce que nous sommes moins nombreuses dans les lieux de pouvoirs, qu’ils soient politiques, économiques ou culturels, et moins nombreuses dans les livres d’histoire;
  • Parce que la plupart des vérités énoncées ci-haut touchent de façons encore plus criantes certaines d’entre nous qui sommes autochtones, racisées, handicapées, transgenres, en situation de pauvreté, etc.

Tant que notre monde ne sera pas égalitaire et ouvertement féministe, nous continuerons d’exiger le respect et de manifester, sans jamais laisser aucune femme de côté. Cliquez ici pour retrouver la page de la Fédération des femmes du Québec

Pour l’occasion, des actions auront lieu à Montréal et ailleurs :

Bonne Journée internationale des droits des femmes !

3 commentaires

  1. Cette confusion de la journée internationale des femmes avec la Saint-Valentin ou la fête des mères est un fait sur lequel j’ai d’ailleurs rédigé un article.

    A ce propos, j’ai trouvé que votre publication décrivait de façon assez fidèle et concis la perception à la fois donnée et à donner à cette journée. Du coup, j’ai pris la peine d’inclure dans mon article un lien vers le vôtre: https://hakilikan.wordpress.com/2019/03/09/8-mars-ques-tu/

Laisser un commentaire