Passer au vert ? On y travaille !

Accès Bénévolat fait le point sur ses efforts vers la transition écologique dans la dernière année.

Vous souvenez-vous de la marche pour le climat du 29 septembre 2019 ? Ça parait bien loin vu depuis le confinement et pourtant c’était il y a quelques mois à peine ! Ce jour-là, un demi-million de personnes s’étaient rassemblées sous un grand soleil pour former un véritable raz de marée humain dans les rues de Montréal.

Avec ma collègue Lucie, nous avions essayé de nous y retrouver. Je dis bien essayé ! 

Cette incroyable manifestation, ça l’avait marqué Lucie. Elle en avait parlé en rencontre d’arrondissement, elle en avait parlé en réunion d’équipe, à la pause du midi. Elle avait envie d’en faire plus alors elle nous a proposé de nous inscrire à la Semaine Québécoise de Réduction des Déchets (SQRD).

On s’est dit « pourquoi pas ? ».

La Semaine québécoise de réduction des déchets

« La SQRD c’est d’abord et avant tout une plateforme d’échanges de ces pratiques inspirées par la thématique du « Consommer autrement ». » peut-on lire sur son site internet, conçu comme un outil qui met à disposition des conseils pour participer à l’effort collectif de réduction des déchets , pour les particuliers comme pour les organismes.

Le point de départ c’est de remplir la proclamation de la SQRD qui est une sorte d’engagement face à la planète « à réduire les déchets dans votre communauté».

Cette proclamation permet aussi de dresser un état des lieux et de se fixer des objectifs à atteindre en posant la question « quels engagements/initiatives votre organisation […] a-t-elle pris pour réduire les déchets et soutenir une économie circulaire ? »

Bonne question ! 

Nous avons donc commencé par dresser un bilan, le plus honnête possible, de nos pratiques :

  • La grande majorité de l’équipe d’Accès Bénévolat se déplace au travail en bus, à pied ou à vélo. 
  • Nous abandonnons petit à petit les bouteilles d’eau en plastique en privilégiant l’utilisation des pichets d’eau pour nos évènements, nos formations et nos réunions. (pensez à essayer l’eau fruitée ! )
  • Pour notre éclairage nous utilisons des ampoules fluocompactes.
  • Nos cartouches d’encre vides sont collectées par MIRA qui s’occupe de leur recyclage.
  • Nous utilisons du papier brouillon pour nos prises de note, nous imprimons peu (toujours se poser la question : est-ce que j’en ai besoin) et quand nous imprimons c’est évidemment en recto verso.
  • Dans nos salles de bain, nous utilisons des serviettes lavables (sauf celles destinées à l’accueil du public) dans les salles de bain et la cuisine. 
  • La plupart du temps nos lunchs sont zéro déchet, car cuisinés à la maison. Autour de la table, ça apporte de la convivialité « qu’est ce que tu as cuisiné ? Ça sent bon ! » et ça donne de bonnes idées à celles et ceux qui ont moins l’habitude de cuisiner.
  • Et bien sûr nous collectons les matières recyclables comme nous l’a si bien appris le dernier clip d’Alaclair Ensemble.

Participer à la SQRD permet donc de faire le bilan et de se rendre compte qu’on peut-aller plus loin, assez facilement. 

La visite de l’éco-quartier

Pour aller plus loin, des professionnels sont là pour nous aider : l’éco-quartier. Il est en effet possible pour un organisme de bénéficier gratuitement d’une rencontre d’écoconseil.

Nous avons donc reçu Charlotte, intervenante de l’éco-quartier de Rosemont–La Petite-Patrie. Elle nous a aidés à dresser un diagnostic et à évaluer ce qu’on pouvait raisonnablement modifier dans nos pratiques quotidiennes comme organisme.

Le point positif de cette évaluation : nous portions déjà un ensemble de bons gestes et étions sur la bonne voie ! Ce qui était le plus problématique : nos évènements grand public. En effet, faute de matériel adapté et d’une logique globale, les évènements qui impliquent un service de nourriture et de boissons comme nos portes ouvertes, notre assemblée générale annuelle ou encore nos activités lors de la semaine de l’action bénévole, sont source de gaspillage et le tri est dysfonctionnel.

Heureusement, Charlotte nous a donné une série de conseils pour repartir sur de bonnes bases :

  • S’informer auprès du lieu d’accueil de votre évènement de la présence de bacs bruns. Si oui, jumelez-les à un bac de recyclage et une poubelle afin de vous assurer d’avoir tous les bacs nécessaires les uns à côté des ’autres. Cela évite des erreurs de tri.
  • Prioriser de la vaisselle uniforme pour faciliter le tri (ex : uniquement de la vaisselle recyclable plutôt qu’un mélange de vaisselle recyclable et jetable).
  • Éviter certains items jetables : pailles, ustensiles en plastique, verres à café pour emporter et leur couvercle,
  • Se doter d’une boîte pour votre matériel d’évènements (vaisselle lavable, nappes réutilisables, matériel promotionnel tel que flyers ou bannières, etc.). Indiquez le matériel présent grâce à une liste sur la boite et préparez une « check list » du matériel à apporter lors d’un évènement à l’extérieur. Ainsi rien n’est oublié, fini les aller et retour pour se procurer les articles absents, remplacés souvent par du jetable.
  • Pour débuter, certains items lavables sont plus faciles à transporter que d’autres : ustensiles en métal et pichets lavables par exemple
  •  Pour remplacer les petites boîtes de jus, offrez de l’eau aromatisée dans des pichets lavables (ex : concombre, menthe, citron, fraises, etc.). Idéalement, servi dans des verres lavables sinon recyclables. 
  • Vous pourriez inviter les participants-es à apporter leur tasse préférée afin d’éviter de devoir déplacer beaucoup de vaisselle lavable.

Un exemple concret

Loin d’être insurmontable, ces conseils sont facilement applicables si on s’organise et qu’on s’applique un peu. On a pu les voir en pratiques lors de l’évènement du 3 novembre 2019 « Budget démocratique de Rosemont » organisé par le député Vincent Marissal et son équipe : des ustensiles, des tasses et des assiettes lavables (et lavées sur place), de la nourriture et des boissons dans des contenants réutilisables ou compostables permettaient alors de gérer très facilement la situation : les seuls déchets sont organiques, donc compostables, et ne nécessitent qu’un simple bac brun (ou deux) pour un évènement qui a rassemblé près de 200 personnes dans la journée.

Pour aller plus loin comme organisme :

Recyc-Québec

Association québécoise zéro déchet

Pour s’impliquer comme bénévole :

Éco-quartier Rosemont La Petite-Patrie

Ecorise

ou communiquez avec nous au 514-523 6599 pour trouver le bénévolat qui vous correspond le mieux !

Sources : Charlotte Jacques, coordonnatrice, Éco-quartier Rosemont – La Petite-Patrie

Crédits: Éco-quartier Rosemont – La Petite-Patrie, Martin Tremblay

Laisser un commentaire