Souvenir de bénévolat #8

Quand le bénévolat unit deux destinées

Certains rencontrent leur compagnon de vie au travail, dans un cercle d’amis, dans leur quartier, etc., moi je l’ai rencontré dans le cadre du bénévolat. Et pourquoi pas ?

Une façon originale de faire la cour

Je n’avais rencontré qu’une fois celui qui allait devenir mon futur mari quand il m’a proposé un second rendez-vous pour faire plus ample connaissance.  Alors que d’autres invitent à aller au cinéma ou à souper, lui a donné dans la créativité et l’originalité : il m’a invitée à venir animer une réunion scoute avec lui! À cette époque, il était animateur d’une troupe d’une vingtaine de jeunes «louveteaux», âgés de 8 à 10 ans, tous plus infatigables et frétillants les uns que les autres.

De réunion en réunion, il m’a convaincue de m’engager bénévolement dans sa meute. À ce moment-là, dans les années 80, le mouvement scout s’inspirait du Livre de la jungle et de ses personnages. Lui était Akéla, le grand loup, moi je suis devenue Bagheera, la panthère noire…  Mais dans la vraie vie, nous étions James et Sylvie, nouveau jeune couple amoureux !

Pourquoi un engagement bénévole auprès des scouts ?

Mon mari et moi avions tous deux une expérience de scoutisme en Belgique, un pays où cette activité est presque un «passage obligé» pour les jeunes. D’ailleurs, les animateurs sont presque exclusivement de jeunes adultes qui s’engagent dans ce mouvement avant de joindre le marché du travail. C’est très bien vu dans le curriculum vitae : l’employeur en déduit que le futur candidat fera assurément preuve d’initiative, saura travailler en équipe…

J’ai gardé plusieurs souvenirs forts de ce passage, jeune adolescente, dans le scoutisme. Entre autres une initiation qui avait pris la forme d’un parcours, seule, à la lisière d’une forêt, en pleine nuit. Il faisait noir, j’imaginais des animaux sauvages partout autour, les arbres dessinaient des ombres, j’avais peur…mais j’ai été tellement fière de moi lorsque je suis arrivée au fil d’arrivée! J’en ai retenu que, dans la vie, il est possible de surmonter ses peurs. J’ai su par la suite qu’une animatrice m’avait suivie tout le long à quelques pas derrière moi pour me venir en aide, au besoin…

Un bénévolat qui a fait des petits

On dit souvent que la pomme ne tombe jamais très loin du pommier… Est-ce donc un hasard si notre fils, Arnaud, est devenu lui aussi, avec quelques-uns de sa joyeuse bande d’amis du secondaire, animateur scout bénévole auprès d’un groupe d’adolescents de 12 à 15 ans? Lui aussi avait joint, dès son jeune âge, ce mouvement, attiré par la vie en groupe, les activités de plein air et de survie en forêt, et les voyages d’aventure qui y étaient organisés.

Randonnée de ski de fond avec la troupe de jeunes scouts hiver 2020
Randonnée de ski de fond avec la troupe de jeunes scouts hiver 2020

Pour la petite anecdote, en ces temps de distanciation sociale, les soirées scoutes ont désormais lieu en utilisant la plateforme de communication Zoom («parente» de Skype). Elle permet, via un écran d’ordinateur ou de télévision, de communiquer avec tous les jeunes de la troupe, en même temps.  Chacun apparaît dans une petite fenêtre sur l’écran et tous peuvent communiquer entre eux, interagir, rire, s’exprimer et participer à une activité commune. La dernière organisée : une séance de Boot Camp (entraînements physiques un brin énergiques).  Une façon originale et dynamique d’occuper les vendredis soirs des jeunes adolescents qui trouvent parfois le temps long ces temps-ci, et de garder le contact!

Rencontre scout par zoom durant le confinement avril 2020
Rencontre scout par zoom durant le confinement avril 2020

Un souvenir de bénévolat #1

Un souvenir de bénévolat #2

Un souvenir de bénévolat #3

Un souvenir de bénévolat #4

Un souvenir de bénévolat #5

Un souvenir de bénévolat #6

Un souvenir de bénévolat #7

Crédit : Sylvie Beaulieu

Vous aimeriez vous impliquer comme bénévole ? Contactez-nous !

Laisser un commentaire