Moments doux aux Iles de la Madeleine

Découvrez le récit de Monique notre rédactrice bénévole durant sa visite aux Îles de la Madeleine.

D’abords des îles

Les Iles de la Madeleine se trouvent au milieu du golfe du Saint-Laurent, à 5 heures de traversée du port de l’Ile du Prince Edouard. Elles mesurent 87 km en longueur. On peut y explorer 300 km de plages de sable fin.  Les Madelinots, au nombre de 12010 en 2016, sont majoritairement francophones sauf sur l’Ile d’Entrée.  Sur cette dernière il n’y avait plus que 70 habitants en 2017.  C’est là que se trouve le point le plus haut des Iles, à 170 km, le mont Big Hill.

la plage, des rochers, la mer, le sable et de l'herbe
Îles de la Madelaine

Première rencontre

Nous avons été pris par le ventre et par les yeux aux Iles. J’ai l’impression d’avoir mangé autant de fruits de mer, autres que crevettes, que toute l’année dernière. Pizza, pot en pot, guédille, pétoncles fumés, chaudrée se trouvaient sur les menus des restaurants recommandés par des amis, vacanciers aux Iles depuis longtemps. Sans oublier qu’il faut boire : sa bière (entendre bagosse), ses vraies bières de microbrasseries et son cidre. Il nous a manqué de temps pour visiter leur tout nouveau vignoble. Il a fallu aussi déguster ses gourmandises telles que la tarte à la sauterelle, les biscuits fous et ses fromages. Quel calvaire!

Par maintes routes rondes, nous nous sommes promenés de par les Iles. Chacune nous offrait, au détour, ici une belle église, là des maisons aux couleurs vibrantes malgré la pluie. Nous avons spécialement, soudainement, été éblouis par l’envers de la dune : la mer.

La mer

Pris par les yeux lorsque nous avons plongé notre regard sur la mer, matin après matin, de la fenêtre de notre chalet. Ainsi qu’en nous promenant de quai en quai, de plage en plage. Cette mer qui semble si calme au petit matin, puis fluctue soudainement, évolue selon le temps, chagrin ou radieux. Cette mer qui enserre les grenats, vermillons et écarlates des cotes madeliniennes.  Sur la dune, ses hôtesses florales vertes et jaunes, drues et ondoyantes, s’ouvre en un chemin sablonneux où le pied s’enfonce doucement, nous menant vers le rivage parsemé de grains ambrés, rougeâtres, albâtres, comme autant de diamants miniatures délavés.  Nous avons longé des grèves longuement, cédants, épuisés, avant de se rendre au bout de sa course.

Au petit matin notre groupe monte dans un zodiac pour aborder son joyau vert qu’est l’ile d’Entrée.  Sur une mer totalement voilée, qui s’est laissée apprivoiser lentement, comme l’ile. Lentement Danielle et moi avons marché vers le phare tandis que Mireille et Danny partaient gravir Big Hill. L’ile s’est peu à peu ouverte au soleil pour nous dévoiler ses falaises et ses rochers couverts d’oiseaux, alors que nous nous dirigeons, avec regret vers notre point de départ.

Culture et festivités grâce aux bénévoles

Nous avons découvert, au musée de la Mi-Carême, cette fête typique traditionnelle des Iles. Moment de l’année où des gens bien déguisés passent de maison en maison, essayant de ne pas être devinés. Au musée, on y voit plusieurs déguisements, accompagnés de musique acadienne. Cette fête a survécu grâce à une organisation bénévole d’une douzaine de personnes qui voit à sa logistique, depuis l’an 2000. Elle permet ainsi une rotation entre les gens qui accueillent et les gens qui font la tournée des maisons. Des montants sont octroyés aux différentes maisons pour aider à payer leur offre alimentaire.  Il faut bien manger et bien boire quand on fait la fête! 
Malheureusement celle-ci a dû être annulée pour cause de covid-19 cette année.

Madelinots

Par-dessus tout il y a les Madelinots.  En ce début de saison touristique, ils nous accueillent à bras ouverts, nous racontant plein d’histoires de mer et autres passions, nous dirigeant vers leurs endroits préférés. Toute approche sincère provoquera un étonnant chatouillement de nos oreilles par ce bel accent chantant.

Depuis toujours, le cœur des Iles s’ouvre généreusement à l’autre, venant du continent.

Faire du bénévolat au Îles de la Madeleine

Faire du bénévolat dans l’Est de l’île de Montréal

Crédits photos : Monique Robichaud

Sources : https://www.tourismeilesdelamadeleine.com/fr/ecomusee-de-la-mi-careme/musees-et-centres-d-interpretation/

Laisser un commentaire