La transition, c’est maintenant

Les enjeux environnementaux encourus par tous les pays se jouent aussi ici au Québec.

Monique Robichaud, notre rédactrice bénévole, a assisté à la Conférence donnée à l’UQAM par Laure Waridel le 13 février 2020: La transition, c’est maintenant.

Transition écologique
Transition écologique

La salle est pleine, des gens de tous les âges. Je suis aussi impressionnée par sa prestance verbale que je l’avais été par Steven Guilbeault, ancien Directeur général adjoint et cofondateur d’Équiterre, lors de réunions aux dernières élections provinciales.

Transition écologique

Laure Waridel, Écosociologue, PhD Professeure associée UQAM, commence par nous demander de bien inspirer. Ceci pour nous faire comprendre que nous sommes, en tant qu’humain, partie de l’environnement. 

Elle nous a ensuite expliqué pourquoi il y a urgence, simplement par tout le travail qui doit être fait d’ici 10 ans, le point de bascule. 

La transition doit se faire dans le système économique, du monétaire (surproduction- surconsommation-surendettement) vers le non-monétaire (relations, santé, valeurs…).

Penser l’économie autrement: 

  • l’économie sociale (ex : coop),
  • le développement durable (qui est dans la loi),
  • l’économie circulaire (rien ne se perd, rien ne se crée),
  • la simplicité volontaire, 
  • la décroissance.

On doit modifier le filtre, le paradigme, qui influence nos façons de voir, nos valeurs. Ces valeurs ne sont pas incluses dans le PIB. De nouveaux indices de richesse essaient de l’inclure comme par exemple le World Happiness report ou le Bonheur national brut du Boutan.

Il est établi que passé un certain seuil de salaire, le bonheur matériel est assuré et que, pour avoir plus de bonheur, il faut penser à partager notre bonheur. Car continuer de consommer n’est qu’une fuite en avant, qu’il est irrationnel de penser qu’on existe moins si on a moins d’argent et de matériel. 

5 nouvelles pistes de solution: 

Depuis la manifestation du 27 septembre 2019 sur l’urgence climatique, le ministre de l’environnement du Québec a une oreille plus attentive du Premier ministre.

Elle termina sa présentation sur une image d’une volée d’outardes. Elles volent ensemble, avec des changements d’outarde de tête régulièrement. 

Elle a couronné son texte par le verbe AIMER- qui aide à créer, trouver des solutions, pour nos enfants. On lui a fait une ovation debout. L’animatrice a dit que c’était la première fois qu’il y avait une ovation à Cœur des Sciences. 

Et je crois bien que c’est la première fois suite à une conférence sur l’économie!

Qui est Laure Waridel?

Laure Waridel
Laure Waridel

Considérée comme une pionnière en commerce équitable et consommation responsable au Québec, elle continue de contribuer à cette cause sous maintes formes. 

Son premier emploi dans une ferme l’a sensibilisée aux défis de l’agriculture.  Elle co-fonda, avec Steven Guilbault, Equiterre en 1993, organisme à but non lucratif, qui avait pour objectif de bâtir un mouvement de société incitant à faire des choix responsables. Equiterre a créé une bourse en son nom pour encourager les recherches en environnement.  Elle a écrit plusieurs livres dont le premier fut Une cause café, en 1997.  Elle cumule plusieurs années d’études à l’Université McGill, Université de Victoria, à UQAM puis à l’Institut des hautes étude internationales et du développement de Genève. Elle s’est vu décerné l’Ordre du Canada en 2012 et possède plusieurs autres titres honorifiques.  

Elle est cosignataire du Pacte pour la transition et en fête le premier anniversaire par cette conférence à l’UQAM.  

Conclusion

Depuis plusieurs semaines on entend parler d’éco-anxiété. Celle-ci a remplacé l’anxiété de la guerre. Selon Laure Waridel, le meilleur antidote à l’éco-anxiété réside dans l’engagement social. C’est un appel à l’action car acheter c’est voter. 

Il faut contribuer, notamment, par nos choix de consommation, au développement d’une économie responsable.  Ce ne sont pas les possibilités qui manquent.

Comment s’impliquer?

Parmi plusieurs organismes oeuvrant dans ce domaine:

  • ÉCORISE organisme de réalisations de projets urbains.
    Ils promeuvent l’écologie humaine et environnementale en milieu urbain en accompagnant la création de milieux de vie.  Ils ont plusieurs projets qui requièrent des gens de toutes compétences et expériences.
  • REGROUPEMENT DES ÉCOQUARTIERS, organisme fondé pour mettre en commun les ressources de tous les écoquartiers de Montréal.
    Les écoquartiers sont également à la rechercher de bénévoles et stagiaires pour continuer, entre autres projets, l’éducation à l’environnement

Sources
https://ecosociete.org/livres/la-transition-c-est-maintenant
https://www.lapresse.ca/societe/201911/06/01-5248670-laure-waridel-on-fait-tous-partie-de-la-solution-.php

Crédits Photos : Isabelle Clément, Géralt